logo article ou rubrique
Témoignages des laïcs participant à l’avant Cédoi 2013
Article mis en ligne le 3 septembre 2013
dernière modification le 9 septembre 2013

par Secrétariat de l’avant-Cédoi

Comme chaque année à la même période, la Cédoi (Conférence épiscopale des évêques de l’Océan indien) rassemble les évêques des îles Maurice, Rodrigues, Seychelles, La Réunion ainsi que le vicaire apostolique de l’archipel des Comores. La Cédoi 2013 se déroule actuellement aux Seychelles.

Cette rencontre permet de discuter et de partager sur des expériences pastorales et des problématiques communes.
Ces échanges sont habituellement précédés d’un temps d’échanges avec les laïcs (avant-Cédoi). En voici un compte-rendu réalisé par le secrétariat de l’avant-Cédoi.

La conférence des évêques des îles de l’Océan Indien se réunit chaque année. Chacune de ces réunions est précédée par une rencontre avec des chrétiens de nos îles qui viennent témoigner sur un thème choisi par la Cédoi. Cette année, ils sont venus partager sur leur (re)découverte de la foi en Jésus Christ. Leur chemin de conversion nous a bouleversés, voire évangélisés !

 Début du programme

Mardi 27 août : une sortie découverte de l’île principale (Mahé) est organisée par le diocèse. C’est l’occasion de vivre un « team building », moment privilégié pour faire connaissance et construire un esprit d’équipe. En admirant les rochers granitiques plongeant dans une mer bleue turquoise, un des participants s’est exclamé : « Dieu n’aurait-il pas autrefois installé le paradis de la Genèse aux Seychelles ?!  »

Mercredi 28 et jeudi 29 : ces deux journées constituent le moment fort de notre rencontre par l’écoute et les partages sur les témoignages livrés par chaque diocèse. Deux cas de figures se présentent : soit une réappropriation de la foi reçue au baptême ; soit une découverte de Jésus Christ par des personnes extérieures à l’Église.

Nous sommes touchés par le récit d’un changement de vie qui est à la fois profond et radical. «  Témoignages bouleversants qui remuent plus d’un participant, parce qu’ils touchent à des vécus de souffrance et de combat bien humain, mais aussi de combat avec un Dieu dont on comprend avec difficulté les chemins » (père J.M. Labour).

 Voici un échantillon de ce que nous avons entendu :

Après le choc causé par la mort subite de son fils de 17 ans, une maman entame une lutte intérieure pour remonter la pente. « Ce n’est pas dans l’ordre des choses que de perdre un fils. » De manière mystérieuse, elle ne se révolte pas contre Dieu. Mais la foi en la résurrection des corps, l’aide de son entourage et de sa paroisse la soutiennent grandement. De plus, le caractère tragique de cet événement et la solidité de sa foi entraînent la conversion d’autres membres de sa famille.

Un homme d’affaires, à qui sourient le succès, les femmes et l’argent facile, bascule dans la condition de Job. Saisi littéralement par Dieu comme saint Paul sur la route de Damas, il choisit de tout quitter, mais il reçoit en retour paix et foi. Il découvre le trésor de la Parole de Dieu, la prière pour les malades et la joie de croire avec les autres catholiques. La conversion ne supprime ni les difficultés ni le combat spirituel ; elle entraîne même le rejet de la part de sa famille. Plus tard, sa femme décède suite à un AVC. C’est une nouvelle tragédie qu’il affronte avec foi et courage. Aujourd’hui, il mène une vie simple, s’occupe bien de ses enfants et ne changerait pas de vie pour rien au monde.

Un catholique non-pratiquant donne un rendez-vous amoureux à une non-chrétienne dans une église. Cette femme est touchée en voyant la statue du Sacré-Cœur de Jésus. C’est le début d’une belle histoire d’amour à la manière des amoureux du Cantique des Cantiques et d’une conversion des deux conjoints. Cette dame résiste à ses proches afin de pouvoir épouser son bien-aimé. Elle lutte contre vents et marées, y compris sa belle-famille catholique, pour recevoir le baptême. L’amour est plus fort que tout et les aide à surmonter les obstacles qui se dressent devant eux. Aujourd’hui, elle est sacristine dans l’église où elle a vécu son premier rendez-vous.

 La fin de la session

Jeudi 28 soir : Après un long temps de partage, la session se termine par un bon temps de prière et par une procession vers l’église toute proche. Conduits par nos évêques qui avancent avec une grande croix en bois à la main, nous nous dirigeons au crépuscule vers l’église du Sacré Cœur où nous renouvelons la profession de foi de notre baptême au cours d’une célébration animée par le vicaire apostolique de l’archipel des Comores, Mgr Charles Mahuza Yava. Enfin, nous terminons notre dernière soirée commune avec un groupe chrétien dynamique « Voir l’essentiel » créé par le père Eric Léon, prêtre seychellois qui a participé activement à la préparation de cette session.

Vendredi 29 : Nous nous quittons avec regret, mais fortifiés dans la même foi. Des amitiés se sont nouées entre les laïcs, des adresses échangées. Voici que la Parole de Dieu s’est incarnée dans des hommes et des femmes « ordinaires », devenus paroles vivantes de Dieu pour nous. A travers leurs chemins de vie parfois tourmentés, nous reconnaissons que le Ressuscité des pèlerins d’Emmaüs s’est encore manifesté aujourd’hui devant nos yeux. "


Appels à dons, bénévolat

puceContact puce RSS

2009-2021 © Diocèse de La Réunion - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.3
Hébergeur : OVH