logo article ou rubrique
Le racisme, à l’endroit et à l’envers ?
Article mis en ligne le 13 octobre 2014

par Mgr Gilbert Aubry

J’ai pu lire dans cette page du « Courrier des lecteurs » (JIR du 10 octobre) un billet intitulé « Peut-on enseigner le christianisme et tenir des propos racistes ? » Évidemment pas. Aucun baptisé ne peut se le permettre, laïc, catéchiste, religieux, religieuse, diacre, prêtre. Prêtres de Jésus-Christ, quels que soient la couleur de notre peau, nos origines, nos dominantes culturelles, nos âges, nous avons la même foi, la même espérance et nous n’avons pas fini de nous laisser imprégner du souffle de l’amour pour mieux accueillir, mieux comprendre, mieux aider. Nous, prêtres, diocésains, religieux de congrégations différentes, Réunionnais, Métropolitains, Malgaches, Africains, Italiens, Polonais, etc. avons donné notre vie pour cela.

D’ailleurs, il n’y a pas que les prêtres qui doivent se garder de « propos racistes ». Les laïcs aussi et tout le monde. Il est facile de se réclamer des « créoles qui réfléchissent » de « la culture des Réunionnais » pour réprimander « deux prêtres métropolitains… missionnaires néocoloniaux infectés par cette pensée raciste au travers d’un endoctrinement supposant que les personnes de couleur seraient inférieures aux personnes blanches ». N’oublions pas que les uns et les autres, nous ne sommes pas exempts de maladresses quels que soient nos états de vie.

Il est facile de qualifier les autres de racistes et de supposer que… . L’auteur du courrier des lecteurs aurait-il oublié de s’interroger lui-même sur son comportement écrit ? A l’évidence il bascule dans des poncifs, des anachronismes et une méconnaissance de l’Histoire de La Réunion. Je cite : « Je comprends que vos prédécesseurs ont évangélisé nos ancêtres dans le cadre de l’intérêt de la Métropole pour servir les intérêts politiques et économiques des Français. Mais ne continuez plus à imposer vos coutumes et votre culture à des Réunionnais dont vous méprisez la culture et la religion originelles que vous voulez toujours éradiquer ».

La Réunion était déserte au point de départ. Notre histoire est notre histoire à tous. Tous nous sommes des métis culturels et, pour la très grande majorité, nous sommes descendants d’esclaves et d’esclavagistes en même temps. Quelles sont la culture et la religion originelles de La Réunion ? De ce point de vue, tout a été importé et tout a été transformé à des degrés divers dans la chair vive des générations successives. Nos ancêtres viennent de tous les continents. Sur la trajectoire d’ensemble jusqu’à maintenant, dans les interférences des systèmes économiques et politiques, l’Église catholique n’a pas à rougir de l’évangélisation à La Réunion. Et à ma connaissance, aujourd’hui, nos cartes d’identité sont françaises et nos passeports européens. On peut, certes, rêver d’autre chose, mais la réalité est celle-là. Sur notre terre réunionnaise, quelqu’un peut être catholique, protestant, évangélique, hindou, musulman, d’une autre religion ou encore athée si tel est son choix. Ce n’est pas le cas dans tous les pays du monde.

De quel côté se situerait alors « le racisme primaire, l’obscurantisme intellectuel, une conscience morale refoulée et un aveuglement mystique qui n’a rien de chrétien » ?

Être chrétien ne consiste pas à être caméléon, à épouser les logorrhées de l’opinion ou des thèses soi-disant scientifiques en vogue. « Le monde moderne des croyants » n’est que le monde actuel dans lequel nous vivons avec les autres. Mais ce n’est pas la modernité à tous crins qui est le critère de la réussite de la vie. Pour les chrétiens, la foi d’aujourd’hui est la même que celle reçue des apôtres il y a 2000 ans. Quant à la citoyenneté, elle est ancrée dans la dignité humaine, avec nos multiples appartenances, avec l’usage de la raison, au service du bien commun, au sein d’une même communauté de destin, dans une histoire assumée et partagée. Tous, qui que nous soyons, afin que La Réunion mérite encore mieux son nom, travaillons à réunir et non à diviser. Défendons dignement nos idées. Le racisme, à l’endroit ou à l’envers, réel ou d’alibi, ne peut pas et ne doit pas trouver place à La Réunion. Ou dans toute autre société humaine. Tout simplement. Stop !


puceContact puce RSS

2009-2021 © Diocèse de La Réunion - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.3
Hébergeur : OVH