logo article ou rubrique
Journée de la vie consacrée : pauvreté, chasteté, obéissance pour vivre plus
Article mis en ligne le 6 février 2012
dernière modification le 7 février 2012

par Françoise Adam de Villiers

Ce dimanche 5 février, l’Union des religieuses de La Réunion avait invité toutes les religieuses, tous les religieux et les personnes consacrées du diocèse à se retrouver à la paroisse du Saint-Esprit, à Trois-Mares, pour fêter, avec trois jours de retard, la Journée de la vie consacrée.

Quelque 150 personnes, majoritairement des religieuses, ont donc passé une journée à réfléchir, échanger, prier. Un temps fort de la matinée a été la conférence donnée par le père Bernard Paulet, jésuite, sur le thème « Comment vivre la vie religieuse en temps de crise qui affecte les vœux ». Une conférence au cours de laquelle il a notamment abordé la question des vœux de pauvreté, chasteté et obéissance sous un angle résolument positif.

« On en parle souvent comme d’une limite, d’une privation, on dit ce que l’on perd mais pas explicitement le surplus de vie que cela peut susciter, a-t-il remarqué. La finalité n’est pas la privation mais ce que ces limites permettent de vivre autrement. » Car c’est bien de « développer davantage notre humanité » dont il s’agit. En cela, les vœux peuvent être une force d’interpellation pour la société contemporaine. Et à l’analyse, on s’aperçoit qu’en effet, ils correspondent à des défis majeurs aujourd’hui : « appel à être » pour la pauvreté, rappel que « la vie est un don, pas un produit » pour la chasteté, passage de la méfiance à la confiance pour l’obéissance, à travers l’expérience d’une dépendance qui fait découvrir l’interdépendance et ouvre finalement à une liberté plus grande.

Cette approche dynamique a nourri les échanges lors des carrefours qui ont suivi. Invités notamment à repérer les lieux où ils sont présents, mais aussi ceux où ils sont absents, les participants ont énuméré des lieux d’une étonnante diversité, notant également ce qui leur pose question : quelle présence au monde des médias ? à celui des personnes de la rue mais aussi à celui des « riches » ? à la vie politique ? à ceux qui sont engagés, sur le terrain, dans la lutte pour plus de justice ? Autant de réflexions qui seront certainement reprises dans les communautés au cours des mois à venir...

Après cette matinée très studieuse et un repas partage bien mérité, l’après-midi s’est poursuivie par un temps de détente, avec des chants, des danses interprétés par plusieurs communautés et une animation de jonglerie préparée par la Famille Marie-Jeunesse.

Vers 16 heures, le père Jean-Marie Texier et les paroissiens ont accueilli les participants dans la belle église de Trois-Mares pour une messe présidée par le père Lilian Payet, vicaire général.

Sur la route du retour, dans le bus qui ramenait une cinquantaine de religieuses, l’humeur était à la joie et cela s’est fait entendre dans des refrains spontanément entonnés... une surprise certainement pour le conducteur du bus !


Appels à dons, bénévolat

puceContact puce RSS

2009-2021 © Diocèse de La Réunion - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.3
Hébergeur : OVH