logo article ou rubrique
Bonne année... de fraternité !
Article mis en ligne le 31 décembre 2013
dernière modification le 30 décembre 2013

par Mgr Gilbert Aubry

À la veille de l’an 2014, Mgr Gilbert Aubry invite les Réunionnais à vivre et à promouvoir une vraie fraternité.

Bonne année ! Le nouvel an sera célébré en famille, entre amis, dans une maison superbement décorée ou dans une case toute pauvre. Peut-être aussi dans une ambiance un peu folle au bord de la mer, sous un kiosque dans un parc boisé ou dans un coin de fraîcheur, en montagne. Mais, de grâce, ne tombons pas dans les excès d’alcool, de nourriture. Ne salissons pas les plages. Ne contaminons pas les lagons. Ne laissons pas des déchets dans des espaces partagés par tout le monde. Ne gâchons pas la fête avec des lendemains sales et tristes où trop souvent il y a des victimes de violences, jusque dans des cercles familiaux, jusqu’à la mort. C’est dramatique et inhumain. La Réunion attend autre chose de ses enfants.

Faisons réussir la fête ! Une vraie fête. Le monde est meurtri par des guerres. Nous sommes relativement en paix dans notre île. Réjouissons-nous. Favorisons l’éclosion de la joie véritable, manifestation gratuite d’un acte ou d’un moment réussi dans le partage. Les formules de vœux se répètent machinalement ? Elles sont utiles et nécessaires. Il s’agit de les habiter avec le meilleur de soi-même pour celui qui les prononce et pour celui qui les reçoit. Nouvel an ? Une codification numérique… 2014 ? La durée, elle, est sans discontinuité. La vie continue.

Alors, qu’est-ce qui est nouveau ? Qu’est-ce qui pourrait être nouveau ? L’élan de la fête, l’ambiance générale, la naissance applaudie de la nouvelle année cassent les barrières qui séparent les individus. Les inhibitions sautent. Les embrassades s’enchaînent. La mi-nuit n’est pas encore la liberté du jour. Ce qui est nouveau c’est le désir inavoué de pouvoir se dynamiser dans une fraternité de proximité. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest de la planète il n’y a plus de frontières. Il n’y a qu’un seul et même désir : celui de la fraternité à vivre sans limites, dans la paix. Les autres ne sont « pas des ennemis ou des concurrents, mais des frères à accueillir et à embrasser ». C’est ce que nous dit le pape François dans son message pour le premier janvier 2014 : « Fraternité, fondement et chemin pour la paix ».

 [bleu]S’engager pour le bien commun[/bleu]

Cependant, la fraternité de proximité exprimée dans la fête peut être un leurre et un alibi à la responsabilité si elle ne se traduit pas par « une détermination ferme et résolue à s’engager pour le bien commun » (Jean-Paul II). Le bien commun est commun à chacun et à tous avec les conditions d’un vivre ensemble fraternel pour chacun et pour tous. Cela commence dans la famille, dans chaque famille, dans toutes les familles. « […] la fraternité commence habituellement à s’apprendre au sein de la famille, surtout grâce au rôle responsable et complémentaire de tous ses membres, en particulier du père et de la mère. La famille est la source de toute fraternité, et par conséquent elle est aussi le fondement et la première route de la paix, puisque, par vocation, elle devrait gagner le monde par son amour » (Pape François).

Dans le dynamisme de l’histoire, avec nos diverses origines et sensibilités, nous Réunionnais nous avons pour vocation à ne former – encore mieux – qu’une seule grande famille humaine, une seule communauté de destin, un seul peuple ouvert sur l’Indianocéanie et sur le monde. Dans la fidélité à toute notre histoire. Il nous faut apprendre à être nous-mêmes, avec des compétences et des responsabilités, en sortant de la « mondialisation de l’indifférence » vis-à-vis des jeunes, des personnes âgées, des exclus. A tous les niveaux de notre société nous avons à développer des politiques utiles et efficaces sur le « principe de la fraternité ». Développer nos potentialités et correspondre le mieux possible à nos besoins. Nous avons certainement à choisir des modes de vie sobres et basés sur l’essentiel. Des cataclysmes naturels, des cyclones, des coups de foudre sur les lignes électriques nous rappellent à tous notre fragilité, qui plus est dans un milieu insulaire.

 [bleu]Promouvoir la fraternité[/bleu]

Le bonheur et la sécurité ne se trouvent pas dans l’hyperconsommation, surtout importée, ni dans le miroitement du gain le plus fort sans créativité. Il appartient à nous-mêmes qui vivons à La Réunion de promouvoir la fraternité entre nous. L’économie y gagnera parce que la fierté réunionnaise aura pris le dessus par le devoir de solidarité, le devoir de justice sociale, le devoir d’un nouveau regard d’espérance pour construire l’avenir. Ensemble. Que le dialogue et la volonté de nous en sortir puissent prévaloir sur les copinages, les manipulations stratégiques, le durcissement des conflits. Ce n’est pas d’abord le plus haut niveau de vie qui compte. C’est la vie elle-même avec les moyens de vivre dignement pour tous. « L’horizon de la fraternité renvoie à la croissance en plénitude de tout homme et de toute femme » (Pape François).

En soulignant « la redécouverte de la fraternité dans l’économie », le pape François veut encourager la construction de la paix sociale dans une société politique : « Une communauté politique doit […] agir de manière transparente et responsable pour favoriser tout cela. Les citoyens doivent se sentir représentés par les pouvoirs publics dans le respect de leur liberté. Inversement, souvent, entre citoyen et institutions, se glissent des intérêts de parti qui déforment cette relation, favorisant la création de perpétuel conflit. Un authentique esprit de fraternité est vainqueur de l’égoïsme individuel qui empêche la possibilité des personnes de vivre entre eux librement et harmonieusement ». Cette réflexion du pape François peut certainement nous aider les uns et les autres à réfléchir davantage sur les enjeux des prochaines élections municipales, nos comportements et nos responsabilités respectives.

Je souhaite une « Bonne année de fraternité » à chaque personne qui vit à La Réunion et à tous ceux qui lui sont chers. Que chacun de vous, à sa place, soit reconnu par les autres comme un frère, une sœur en humanité. Que chacun de vous devienne une source de fraternité pour les autres. Que tous les croyants puissent se ménager des temps réguliers de silence et de prière. « La prière est comme la respiration. La respiration est nécessaire au corps pour vivre ; de même, la prière est ce qui permet à l’esprit de vivre » (Starets Serge). Et que nous chrétiens, qui plusieurs fois par jour prions Dieu « Notre Père » nous puissions être des témoins d’Espérance grâce à Jésus, le frère universel de tout être humain. Bonne année 2014 à tous.


puceContact puce RSS

2009-2021 © Diocèse de La Réunion - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.3
Hébergeur : OVH