Avant-Cedoi : « Bénis nos familles, Seigneur ! »

lundi 7 septembre 2015
par  Secrétariat de l’Avant-Cedoi

Les évêques de nos îles, les délégués de la Pastorale auprès des familles et des laïcs se sont réunis à Rodrigues afin de réfléchir et de partager sur le thème : « L’Évangile, lumière pour les familles dans nos îles. »

Cette rencontre se situe dans le cadre de la réunion annuelle des évêques de la Conférence épiscopale d’océan Indien (Cedoi) qui rassemble : l’archipel des Comores, les Seychelles, Maurice, Rodrigues et La Réunion. Elle constitue surtout un temps “gratuit” afin de mieux découvrir la réalité de nos îles et des fidèles. Les évêques avec les responsables diocésains peuvent aussi y puiser des idées, et les participants être remotivés dans leur vie de foi.

La logistique a été assurée de manière soignée et efficace par Mgr Harel, épaulé par sœur Roselyne Larchet et la communauté des Filles de Marie. « Escales vacances » a fourni tous les repas, la salle de conférences et une partie du logement. Ont fait partie de la délégation réunionnaise : le diacre Tévané (coordinateur de la Pastorale familiale), son épouse Edwige, Francis Cousin (secrétaire du conseil diocésain de pastoral), M. Mme. Payet Aristide et Jacqueline qui ont témoigné sur leur vie de couple, et Mgr Aubry.

Mercredi : Excursion pour faire connaissance et découvrir une petite île rabotée par l’érosion, mais pas un petit peuple fier de son « rodriganisme » dont le visage révèle une forte ascendance africaine. Le spectacle était à la fois : sur terre, en allant caresser le cou des tortues géantes ; en l’air, à travers une ronde de paille-en-queue virevoltant à quelques mètres au-dessus de nos têtes ; sous terre, en marchant sur 2 km dans une magnifique caverne. La messe a été célébrée dans une étonnante église en forme de barque élancée dédiée à Saint-Jean l’évangéliste. Puis, le soir venu, chaque pastorale familiale a exposé ses préoccupations et ses priorités.

Jeudi : ce fut un moment riche en émotion par l’écoute des personnes qui ont accepté de livrer leur parcours de vie conjugale, qu’elles soient mariées, seules ou en concubinage. En voici un échantillon : « Je n’ai pas connu mon papa, j’avais abandonné ma copine enceinte pour aller vivre avec une autre femme. Mais une parole de mon patron m’a remis sur le bon chemin car il m’a dit : “Veux-tu que ton enfant connaisse la même situation que toi qui n’a jamais vu ton papa ?” Quand j’ai voulu retourner chez ma copine, la famille de l’autre femme a fait un service chez un devineur, mais cela n’a pas marché car il y avait de l’amour dans mon cœur pour la mère de mon enfant. Le Renouveau et le mouvement Zézi vré Zom (Jésus vrai Homme) nous ont ensuite aidés à retrouver la foi et l’Église. »

« Nous avons cinquante ans de mariage. Nous remercions le Seigneur pour la grâce du sacrement de mariage qui nous aide à vivre la densité de nos engagements depuis plusieurs années. Nous avons appris à nous aider, à surmonter ensemble les obstacles. Nous avons éduqué nos enfants du mieux possible, mais pour certains d’entre eux, leur vie de couple n’a pas réussi : un mystère et une souffrance qui n’est cependant rien par rapport aux épreuves vécues par d’autres. »

« Nous avions déjà des enfants chacun de notre côté. Nous nous sommes mis ensemble et nous ne sommes pas encore mariés, mais nous le souhaitons. Nous avons déjà connu la douloureuse épreuve de la séparation. Mais nous nous sommes remis ensemble. Notre foi nous a incités à aider une famille en difficulté, jusqu’à leur donner à manger. Ensuite, la maladie a frappé Monsieur, ses amis se sont éloignés. Des sectes nous ont approchés pour nous convertir et nous promettre la guérison, mais pourquoi aller ailleurs puisque nous avons des prêtres dans notre Église ? La maladie et la prière nous ont alors rapprochés avec l’aide de notre solide petite famille. »

Vendredi et samedi matin : par des carrefours et des échanges en grande assemblée, l’ensemble de ces témoignages a été approfondi. Nous avons aussi bénéficié de l’intervention de Mme Gaspard, responsable de la commission rodriguaise pour les familles. Intervention qui a permis de vivre le lien entre l’Église et une responsable politique engagée dans le même domaine.

En conclusion, à partir de cette session de quatre jours, nous dégageons quelques convictions fortes : Le premier, le plus important pour la délégation de La Réunion : dans l’optique de la future année de la miséricorde et par notre action concrète, nous sommes invités à manifester l’Église de la compassion. Une Église Famille de Dieu solidaire auprès des autres familles : c’est « l’Église Famille des familles » ; Un couple uni exerce un rayonnement et une fécondité par son amour conjugal ; même dans sa fragilité, il reflète Dieu source de tout amour ; La puissance de la Croix : même si un parcours de vie peut être tourmenté, la résurrection révèle l’amour de Dieu plus fort que le mal car Dieu lui-même chemine dans nos joies et nos peines ; Le pardon est une expérience universelle qui se prolonge dans la puissance du sacrement de réconciliation ; Les enfants sont parfois source d’épreuve, ils sont surtout une source de joie !


Portfolio

Anniversaire de sœur Roselyne, Fille de Marie, (...)

Annonces

Messes du dimanche

JPEG - 68.1 ko