logo article ou rubrique
Homélie du Vendredi saint, célébration de la Passion du Seigneur (Église 2.0)
Article mis en ligne le 10 avril 2020

par Centre diocésain d’information

Retrouvez ici l’homélie prononcée par le père Sébastien Vaast sj lors de la célébration de la Passion du Seigneur, ce vendredi 10 avril 2020.

Dimanche, des rameaux jonchaient les rues de Jérusalem. Jésus, entrait comme un roi dans la ville de David, porté par des chants de victoire... Mais voilà qu’en quelques jours les esprits se retournent et hurlent de rage contre celui qu’ils avaient élu roi. Les hommes sont versatiles ; en nous, les sentiments sont inconstants et nos cœurs sont divisés. Nous le savons, l’amour en fait souvent les frais : combien de coups de foudre s’éteignent et virent au coup de grâce ?

Quand l’amour est mis à l’épreuve, c’est Dieu lui-même qui est touché, car Dieu est amour. Au cours de la Passion, Jésus sera dépouillé de tout, de ses amis, de ses vêtements, de sa dignité, de son innocence même. Le corps du roi sera mis à nu pour prendre sur lui la honte d’Adam, mis en croix à la place des pécheurs, mis à mort pour être présence de vie jusqu’au plus profond de notre expérience mortelle, mis au tombeau et en terre comme un grain qui meurt pour porter beaucoup de fruits.

Jésus, tu as dit : « Vous ne servirez pas deux maîtres à la fois ». L’argent ne donne pas le salut, et voilà que Judas et les chefs des prêtres négocient le prix de l’échange. Ils se mettent d’accord sur 30 pièces d’argent : c’est le tarif pour l’achat d’un esclave – ta vie est bradée pour une somme dérisoire. Mais toi, tu ne vends rien, l’amour ne s’achète pas : « Ma vie, nul ne la prend mais c’est moi qui la donne ». L’argent n’est rien face au don de Pâque.
Vous qui savez le prix de l’homme, croyez au Christ, l’homme nouveau.

Jésus, tu as dit : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis ». Aujourd’hui cette parole s’accomplit, et tu vas même la mener beaucoup plus loin puisque tu donnes ta vie pour tes ennemis. Tu t’offres à ceux-là mêmes qui te refusent et te renient. C’est ainsi que ta croix qui exhibe le mal, qui dénonce de quel amour nous n’aimons pas, révèle en même temps de quel amour nous sommes aimés. La haine n’arrête pas l’amour de Pâque.
Vous qui éprouvez l’absence d’amour, levez les yeux vers le Calvaire.

Jésus, tu as dit : « Je suis la vérité », et te voilà victime du mensonge, mais les faux témoignages et les reniements se taisent devant la vérité de Pâques.
Vous qui cherchez la vérité, laissez Jésus parler en vous.

Jésus, tu as dit : « Je suis le chemin » et te voilà arrêté en route, cloué sur la croix au sommet du Golgotha, mais les clous ne ferment pas le passage de Pâques.
Vous qui piétinez sur le chemin, laissez Jésus vous relever.

Jésus, tu as dit : « Je suis la lumière » et voilà que tu entres dans les ténèbres, mais pour toi la nuit comme le jour est lumière de Pâques.
Vous qui doutez dans les ténèbres, écoutez ce que Jésus nous dit.

Jésus, tu as dit : « Je suis l’eau vive » et voilà que du vinaigre apaise ta dernière soif mais de ton côté ouvert coule des fleuves d’eaux vives pour la vie éternelle.
Vous qui avez soif de renaître, approchez-vous du corps livré.

Jésus, tu as dit : « Je suis la vie » et te voilà jeté dans la mort, mais tu ouvres sur la colline la porte du nouveau jardin, et les puissances de la mort reculent devant toi qui est, qui était et qui vient.
Vous qui mourez de par le monde, ne craignez rien devant mort !

Demande de grâce pendant la vénération de la croix
En vénérant la croix de Jésus, que chacun d’entre-nous demande une grâce. Peut-être ne sais-tu pas ce qu’il faut demander ?

Si tu es malade, si tu as le moral à zéro, que tu souffres de ton état dépressif, demande la grâce de la guérison : la croix de Jésus guérit.

Si tu n’es pas en paix à cause d’un péché qui pèse sur ta conscience, si des traces de haine et des envies de vengeance rongent ton cœur, demande la grâce de la réconciliation : la croix de Jésus réconcilie.

Si tu es effrayé par la maladie ou par tant d’injustices, de violences et de guerres, tant de crises et d’abus, qui ravagent les couples, les familles, les relations de travail, si tu es écœuré par l’état du monde et celui de l’Église, demande au Seigneur la grâce du salut : la croix de Jésus sauve le monde.

Si la mort a frappé un de tes proches, que la tristesse et la désolation éprouvent maintenant ta foi, demande au Seigneur la consolation : la croix de Jésus est notre espérance par-delà toute espérance.

puceContact puce RSS

2009-2021 © Diocèse de La Réunion - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.3
Hébergeur : OVH