Bandeau
Diocèse de La Réunion
Slogan du site

Site d’informations de l’Église catholique à La Réunion. La vie des paroisses, des mouvements et des services du diocèse.

logo article ou rubrique
Isabelle Payet, nouvelle vierge consacrée dans notre diocèse
Article mis en ligne le 29 avril 2019

par Centre diocésain d’information

Le 26 mars 2019, Mgr Gilbert Aubry a consacré Isabelle Payet dans l’Ordre des Vierges, au cours d’une messe célébrée en l’église de l’Étang-Salé. D’après le Code de droit canonique, les femmes qui reçoivent cette consécration « expriment le propos sacré de suivre le Christ de plus près », « sont épousées mystiquement par le Christ Fils de Dieu et sont vouées au service de l’Église ». Contrairement aux religieuses, qui quittent famille et amis pour vivre leur consécration en communauté, les vierges consacrées vivent la leur « dans le monde ». Voici le témoignage d’Isabelle Payet.

« Jour après jour, ÊTRE la joie de Dieu. »
Ce leitmotiv de ma vie a émergé suite à une rencontre personnelle avec Jésus.

En effet, bien qu’issue d’une famille catholique pratiquante, ma foi a pris tout son sens lorsque, au seuil de mon adolescence, j’ai vécu un moment intense où j’ai pris conscience de l’amour du Seigneur pour moi, malgré et surtout à travers mes faiblesses et mes misères et ce sentiment d’être insignifiante aux yeux du monde.

A partir de là, mon seul désir a été de lui rendre amour pour amour ; et dans mon cœur, je voulais tout faire pour « faire plaisir à Jésus ».

Ce n’est que quelques années plus tard que cet appel à me donner totalement a commencé à germer dans mon cœur. Je me suis alors lancée dans une recherche : « Seigneur, que veux-tu que je fasse ? »

A cette époque, ma conception du don de soi pour Dieu intégrait systématiquement la vie religieuse, au sein d’une communauté. C’est donc en ce sens que j’ai commencé à orienter ma vie et c’est ainsi que j’ai vécu ma première expérience communautaire. J’avais 23 ans. Cette expérience avait été si peu concluante et ne correspondait pas à mes propres exigences que j’ai d’abord pensé que je m’étais trompée, que ce n’était pas ma voie. J’ai donc repris la vie de tout un chacun en cherchant à m’intégrer dans la société dans laquelle je vivais. J’ai donc envisagé une formation qui a débouché sur un diplôme qui m’a permis d’entrer dans le monde professionnel et de subvenir à mes propres besoins. Je me suis du coup laissée porter par une expérience amoureuse qui a été brève mais qui m’a révélé quelque chose d’important sur moi-même : ce n’était pas dans le mariage que je pourrais m’épanouir complètement.

Et je ne me suis plus posé de questions, accueillant chaque instant tout simplement mais en gardant une grande proximité avec le Seigneur, jusqu’au jour où je me suis laissée « réveiller » par un prêtre qui m’a invitée à m’interroger sur un possible appel du Seigneur. Me voici ainsi embarquée dans une expérience auprès des familles (naissance des Familles saint Joseph, association visant à promouvoir la famille chrétienne en s’appuyant sur la Sainte Famille), dans une ébauche de vie communautaire avec trois autres jeunes qui depuis, ont fait leur chemin. Moi-même, dans cette expérience auprès des familles, j’ai fait un écart avec une nouvelle tentative de vie communautaire qui a duré deux ans. Deux belles années qui pourtant n’ont pas réussi à me combler totalement, notamment dans ma conception du don de soi.

Je suis alors revenue à la source et j’ai repris mes engagements auprès des familles en ayant toujours le désir de donner ma vie à Jésus.

De ces diverses expériences communautaires, j’ai gardé un rythme de prière et une assiduité aux eucharisties quotidiennes (selon mes disponibilités) et la nécessité d’avoir recours régulièrement au sacrement de la réconciliation.

Il est bon à savoir que pendant tout ce parcours, à maintes reprises, des personnes m’ont abordée et parlé des vierges consacrées… Pensant à une vie communautaire, je ne m’y étais pas arrêtée jusqu’en juillet 2017, où à l’issue d’une retraite vécue chez les Dominicaines, deux des participants m’ont interpellée sur mon appel.

Après une recherche plus approfondie sur l’Ordre des vierges, une évidence est parue à mes yeux : c’est mon vécu quotidien qui y transparaissait ! Et tout s’est alors éclairci pour moi. Ma vocation, je l’ai enfin trouvée !

Et c’est avec une grande joie et entourée de beaucoup d’amour que j’ai reçu ce 26 mars 2019, des mains de l’évêque de La Réunion, Mgr Gilbert Aubry, cette grâce de la consécration dans l’Ordre des vierges pour le diocèse de La Réunion.

Ce que j’attends de cette consécration ? Être témoin de Jésus dans ce monde d’aujourd’hui et dans l’Église ballotée de toute part par des vents contraires, et avoir l’assurance que quoi que je puisse vivre, le Seigneur sera toujours présent dans ma vie pour me donner un « surcroît d’espérance et de force » et « m’accorder son soutien et sa protection ».

Je rends grâce à Dieu pour ce don et je demande l’intercession de toute l’Église pour m’aider à rester fidèle à cet engagement que j’ai pris envers Dieu et envers l’Église et la société que je me dois de soutenir par ma prière. Que Dieu Vous Bénisse !

Isabelle, vierge consacrée

Les vierges consacrées sont près de 4000 dans le monde, présentes en Europe (environ 700 en France), sur le continent américain, en Afrique, en Asie et en Océanie. C’est la troisième fois qu’une femme de notre diocèse reçoit cette consécration très ancienne, née dans les communautés chrétiennes à l’époque apostolique.
Pour mieux les connaître : Ordo Virginum